Sélectionner une page

Nous quittons les plateaux plus ou moins hauts des forêts du Nord est que nous parcourons depuis maintenant une semaine. Ces régions ne sont pas les plus touristiques du Cambodge, elles valent pourtant bien le détour !

Steung Streng

Descente vers Steung Streng, jolie ville au bord du Mékong, partiellement reconstruite il n’y pas si longtemps, avant les dernières élections…nous y sirotons un très bon jus de fruits de la passion, un rapide tour au marché,

puis remontée vers le nord et la frontière Laotienne. La aussi, cette piste rouge à l’est du fleuve n’existe que depuis peu de temps, la forêt empêchait tout aventurier de s’y aventurer ! Des villages de minorités y étaient dispersés.

Preah Romkel

Arrivée au village de Preah ( dieu) Romkel, qui s,étends sur plusieurs km, le long du Mékong..en face, le Laos. Ici, laotiens et cambodgiens vivent en harmonie, traversant la frontière au gré de leurs envie, sans douane, ni papiers..notre guide nous avons même ne pas arriver a les distinguer. Des stands de nourriture, les marchands attendent les touristes, peu nombreux mais néanmoins de plus en plus présents,  balancés dans leur hamac..le temps semble s’être arrêter. Pause déjeuner, saucisse et riz gluant,et nous roulons quelques kms en direction de notre habitation de ce soir, chez l’habitant ! Une jolie maison traditionnelle de  18m sur 13, habité parles parents et la fille! Autrement dit ils ont de la place, depuis le départ de leurs 4 autres enfants. 2 chambres simples, sans meuble, matelas pas très épais au sol, recouvert d’une moustiquaire..le coin douche vaut le coup d’œil !

Comme dans tous villages, l’entraide est forte, et une grande partie des revenus versés par lesquelles touristes égarés, vont à la communauté, pour l’entretien des routes, des réseaux d’eau (puisée dans le Mékong), la santé…le développement !

Les forêts inondées

Nous sollicitons donc un pêcheur pour nous conduire sur le Mékong, car cet endroit est unique ! Le fleuve, en cet endroit récolte toutes les eaux des montagnes du Ratakaniri, celles du Vietnam et celles du Tibet ! Ça en fait ! Les pluies abondantes et violentes débutent en avril, la mousson en emmène d’autres à partir de juin..ces épisodes pluvieux finissent en novembre ! Durant cette période, les eaux du Mékong, large de plusieurs kms, augmentent de plusieurs mètres, 5 voire 6 ( et davantage encore tous les 12 ans, on a constaté qu’il s’agissait souvent de l’année du dragon !): On a du mal à le croire, et pourtant les arbres en portent les marques ! Le sud du Laos est connu pour ses 4000 îles, mais celles ci s’étendent bien au delà, et nous slalomons entre elles, celles qui sont encore visibles, franchissant en toute clandestinité la frontière ! Les arbres sont malmenés, à moitié immergés, tordus, certains résistent, d’autres sont colonisés par des ficus, qui, par une simple graine lâchée par un cormoran, commencent​ à germer sur l’arbre, puis développent  leurs racines jusqu’à la terre, et finissent par détruire leur support ! La forêt est inondée ! Paysage surnaturel..Nous irons faire un tour sur l’île connue de Don Khone au Laos, ancien port de marchandises français.

Puis nous nous arrêtons sur une île qui, a première vue, n’est jamais infondée. Les habitants vivent en complète autarcie, la nature leur offre ce dont ils ont besoin, l’ architecture est soignée,.. il fait bon vivre sur cette île, telle est mon impression..

Retour chez notre hôte, douche 😊 et excellent repas dégusté à la cambodgienne, pour la première fois !

Nuit qui s’annonce typique !

 

Pin It on Pinterest

Share This